Cette photo n’est pas datée avec certitude mais une première indication manuscrite fixe la date maximale à juin 1912. Sur l’image nous avons une vue du sud-ouest de la gare. Cet ensemble bâti est un modèle classique, aux architectures standardisées, des gares de la compagnie « Chemins de Fer de l’Ouest ». Cette compagnie rachète la ligne en 1883 et remet à niveau les gares à partir de 1890. On peut donc dater cette vue et les suivantes d’après 1890. Le bâtiment principal et son annexe, accolée au nord-est et prolongée par un terre-plein, existent encore. Ce n’est plus le cas du château d’eau (seulement le puisard est visible à Châtillon, mais un modèle semblable existe encore à Saint-Brice-en-Coglès) ni de la guérite à l’ouest de la gare, où se trouvait les cabinets d’aisance.

La vue prise depuis l’Est sur la voie ferrée permet de se faire une idée des lignes de circulation des trains et de l’entrée en gare de Châtillon. On y constate la disparition d’une autre guérite appelée marquise pour abriter les voyageurs. L’élément au premier plan est une prise d’eau ou manche à eau servant à alimenter une locomotive pour fabriquer sa vapeur.

Parmi les évènements majeurs permis par la voie ferrée, il faut signaler le concours de pêche du 22 juillet 1906 et la halte en gare de Châtillon de Charles de Gaulle, président de la République en exercice, le 11 septembre 1960 dont témoigne une photographie prise par l’Agence France Presse. Le président circula à bord d’un autorail RGP tri-caisse (Rame de Grand parcours) équipée d’une cuisine et d’un salon. Ce matériel ferroviaire surnommé lézard vert par les cheminots avait pour indicatif RP 221 (RP pour rame présidentielle).

Le service voyageur fonctionnera jusqu’au 6 mars 1972. Le tronçon de la voie entre Gérard (plan d’eau de la Cantache) et Fougères sera progressivement abandonnée jusqu’à la fermeture officielle de la ligne en 2013. En 2018 elle sera réhabilité en voie cyclable.